Obtenir des subventions sur l’achat de matériel agricole grâce au fonds IPARD

0

Certains pays souhaitant intégrer l’Union européenne peuvent bénéficier du fond IPARD. A la clé, une subvention pour soutenir des projets agricoles et un financement de jusqu’à 65 % pour l’achat de matériel agricole.

IPARD, une main tendue aux pays désireux d’entrer dans l’UE

Depuis plus d’un demi-siècle, l’UE cherche à travers différents mécanismes à gommer les déséquilibres existants entre les pays membres à niveau local, régional et européen. Un grand nombre de projets sont en partie ou totalement financés par les trois fonds structurels européens existants : le Fonds européen de développement régional (FEDER), le Fonds social européen (FSE) et le Fonds de cohésion. A ces fonds viennent s’ajouter d’autres aides comme le Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) et le Fonds européen pour la pêche (FEP).

Pour faciliter l’entrée dans l’UE des autres pays européens, il existe d’autres mécanismes tels qu’IPARD. L’objectif de ce fonds agricole est de soutenir financièrement les projets agricoles des pays candidats avant leur éventuelle adhésion. Ce soutien économique inclut l’achat de matériel agricole. Le montant de l’enveloppe varie en fonction des projets mais peut atteindre entre 60 et 65 % du coût total du projet ou du matériel, une aide considérable pour les exploitants agricoles de pays tels que la Turquie ou la Serbie.

S’adapter à la politique agricole commune

Grâce au fonds IPARD, les pays qui désirent intégrer l’UE peuvent mettre en place les mesures et projets nécessaires pour s’aligner avec les autres pays membres et préparer au mieux leur adaptation à la politique agricole commune (PAC).

Les objectifs à atteindre sont au nombre de 9, et sont définis autour de 3 axes :

– Rendre le marché plus efficace et mettre en place les standards de l’UE.

– Réaliser des actions en vue de préparer le déploiement de mesures agricoles et environnementales.

– Développer l’économie rurale.

Le fonds IPARD, cas pratique

Concrètement, comment fonctionne le fonds IPARD ? Si un agriculteur turc souhaite acquérir un tracteur neuf pour moderniser son exploitation, il devra dans un premier temps débourser la somme totale. Ensuite, il devra remplir un dossier pour solliciter un remboursement. Après examen du dossier, si tous les critères de sélection sont respectés, le fonds IPARD est octroyé et l’agriculteur se voit rembourser entre 60 et 65 % du prix de son matériel agricole.

Avantages et inconvénients

« J’ai bénéficié du programme IPARD pour l’achat de machines et d’équipements pour la production de plantes médicinales et aromatiques. (…) Grâce à cette subvention, j’ai acheté un épandeur à fumier, une benne, un pulvérisateur porté, un rouleau et un semoir pour semis direct. » témoigne un agriculteur originaire de Turquie. Dans son pays, le fonds IPARD aide surtout les exploitants à se moderniser en achetant du matériel de qualité qui améliore leur rendement et réduit leur impact environnemental. En Serbie, en 2018, plus de 40 millions d’euros ont déjà été alloués.

Cela dit, le fonds IPARD présente quelques zones d’ombre. La nécessité de financer l’achat du matériel pour solliciter ensuite son remboursement est l’un de ses talons d’Achille, et peut constituer un obstacle pour certains agriculteurs. Les critères d’attribution et les démarches peuvent en outre paraître complexes à certains exploitants.

Malgré ces obstacles, le fonds IPARD est une aubaine pour les pays qui souhaitent intégrer l’UE. Une aubaine parfois contestée par les pays membres qui se demandent si les fonds européens devraient ou non être destinés à l’achat de matériel hors de l’UE.

Partager sur les réseaux sociaux:
FacebookTwitterGoogle+LinkedIn

Laissez un commentaire